• Roc-Amadour acutalités

ROCAMADOUR : privée de son orthèse, une retraitée ne peut plus marcher depuis trois mois

Francine Delpech, 62 ans, souffre de sciatiques paralysantes et attend de recevoir l’orthèse de son pied droit sans laquelle elle ne peut pas se déplacer. Son dossier est bloqué à la CPAM depuis bientôt trois mois.


Francine ne peut plus se déplacer depuis octobre.

Depuis octobre, Francine Delpech compte les heures, assise sur son canapé. Car le temps est devenu long pour cette retraitée qui ne peut plus marcher. « J’ai des orthèses releveurs aux deux pieds, ce sont des appareils faits sur mesure auxquels j’ai droit une fois par an car je souffre de sciatiques paralysantes », explique l’habitante de Rocamadour, âgée de 62 ans. À force de faire des sciatiques, elle a perdu la sensibilité de ses pieds et a besoin depuis trente ans de releveurs de pieds pour pouvoir se déplacer. « Sans ça impossible de marcher, je les mets le matin dès que je me lève avec l’aide de mon mari et je les garde jusqu’au coucher, le soir. Même chez moi il me les faut pour circuler, la moindre pierre peut me faire basculer car je n’ai plus de sensation », précise-t-elle. Oui mais voilà. En octobre dernier, sa nouvelle paire toute neuve réalisée en mai a rendu l’âme: l’une des deux orthèses s’est cassée. Commence alors un long parcours du combattant. « Fin octobre, mon médecin traitant à Gramat me fait l’ordonnance pour la prise en charge d’une nouvelle paire et le transfère à la Sécurité sociale », explique la retraitée. Et puis, elle attend. Elle attend. La Lotoise prend rendez-vous chez son orthopédiste qui change les semelles. Mais en arrivant à la maison, rebelote: « J’ai juste eu le temps de mettre ma jambe que l’orthèse s’est brisée à nouveau ». Le médecin est parti à la retraite N’en pouvant plus, elle appelle la Caisse primaire d'assurance maladie du Lot qui lui répond ne pas avoir reçu le document. « Le 20 décembre, mon médecin me refait l’ordonnance, je la fais partir à la Sécurité sociale en recommandé avec accusé de réception le 21 décembre », poursuit-elle. Elle reçoit l’accusé de réception le 24 décembre. Mais depuis, plus rien. Et Francine est à bout. « La semaine dernière je les appelle, ils m’ont expliqué ne pas avoir reçu le courrier mais moi je ne peux plus marcher, j’ai les pieds endoloris et je commence à en avoir marre, il me faut marcher un peu, je suis bloquée dedans je ne sors même pas sur ma terrasse de peur de perdre l’équilibre », glisse-t-elle. Mais la Lotoise n’a pas le choix: elle doit attendre l’accord de la CPAM pour pouvoir se procurer une nouvelle paire. « En attendant, j’ai mis de vieilles semelles pour me déplacer mais elles m’ont blessé, j’ai des durillons aux talons. Mon pédicure était inquiet, il m’a dit: ‘Il ne faut pas laisser vos pieds comme ça’» Alors, Francine boitille, prend appui sur le chariot lors des rares sorties qu’elle s’autorise pour aller faire les courses. Et la situation s’enlise. « Jeudi dernier, la CPAM m’a demandé de renvoyer pour la troisième fois ma demande en passant par mon médecin traitant mais problème, il est à la retraite et j’ai du mal à trouver un nouveau médecin qui accepte encore de prendre des patients », raconte Francine. Elle attend, impatiente sur son canapé que son dossier se débloque pour pouvoir remarcher. "En cours de traitement" De leurs côtés, les services de la CPAM assurent avoir « pris connaissance de la situation » et que le dossier « est en cours de traitement ». « L’assurée a été recontactée afin qu’elle puisse transmettre les éléments manquants et ainsi qu’on puisse répondre au plus vite à sa demande. Un suivi attentionné est déjà mis en œuvre », précise la CPAM du Lot.

Manon Adoue - LE DEPECHE du 24-01-21

17 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

©2020 par Roc-Amadour actualités. Créé avec Wix.com

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now