top of page
  • Roc-Amadour acutalités

Rocamadour, la cité mariale berceau des 36 pélés VTT de France

Événement inoubliable, le pélé VTT, c'est cinq jours à vélo avec d'autres jeunes en direction d'un sanctuaire.

Vendredi 13 h. Après avoir monté les 216 marches du sanctuaire, les premiers VVTistes arrivent sur le parvis de la basilique de Rocamadour ©André Décup

Né en 2001 à Rocamadour, il existe aujourd’hui dans 36 diocèses et regroupe 5 000 participants. Parti de Cahors, 160 adolescents, dont 80 % de Lotois, ont pédalé dans le Lot du 3 au 7 juillet 2023 jusqu’au sanctuaire de la Vierge noire.


Une expérience enrichissante

Charles, 14 ans, devant son assiette de frites, semble comme un poisson dans l’eau parmi les autres lycéens sous une immense tente bruyante montée pour la nuit. Pourtant, il ne connaissait pas grand monde avant ces journées de cohésion. C’est grâce aux copains du collège que le jeune homme a entendu parler du VTT dans le diocèse et s’est laissé convaincre. « Et de plus, cette année, le Pélé est parti de Cahors où j’habite » confirme-t-il tout heureux. Sa famille fréquente rarement la paroisse : « Pour Noël, il arrive qu’avec mes grands-parents, on aille à la messe. Pour leur faire plaisir, avec mes parents et mes frères et sœurs, on fait un effort de les accompagner ».

Durant tout l’été, du 2 juillet au 28 août 2023, 5 000 collégiens un peu partout en France, vont enfourcher leur vélo tout terrain pour un défi sportif et des journées de découverte spirituelle. Au programme : vélo, chants, jeux, prière. Pour les encadrer, autant de bénévoles de tous âges rejoignent l’aventure.

À lire aussi

Le pélé VTT est né dans le Lot

Tout a commencé au sanctuaire Notre-Dame de Rocamadour à l’été 2001. Le projet démarre avec deux roues, motrices, Ronan de Gouvello et Florent Millet, deux jeunes prêtres du diocèse de Cahors. Objectif : évangéliser les 11-15 ans. Les deux Pères n’ont peur de rien et se lancent comme ils peuvent : un tract tout simple distribué aux collégiens, un laïc recruté pour la logistique et le tour est joué.


L’intendante est choisie le matin même du départ, 50 kilomètres (c’est trop !) sont prévus chaque jour pendant cinq jours. Quarante jeunes (déjà !) se pressent au départ pour une boucle Roca-Roca, dans la caillasse et sous le soleil. Le message lancé aux jeunes comme un cri d’envoi est déjà clair : « A Jésus par Marie ! ». Autant dire, l’organisation de la première édition a été catastrophique. Depuis il a été facile de faire mieux, beaucoup mieux !

Une route en 2001, 3 routes en 2008, 7 routes en 2010, 15 en 2014, 26 en 2017 et 36 en 2023. Le pélé VTT est plus que jamais une formule qui roule. Chaque diocèse monte ses teasers en ligne, flash mob, bandes annonces sur Youtube, postent des photos sur Facebook pour offrir cette grâce à un nombre toujours croissant de collégiens, lycéens et encadrants, c’est-à-dire trois fois rien pour une semaine gorgée de soleil, de joie et d’amitié avec le Christ par Marie. Au fil des mois, le concept se propage à toute allure. De nouveaux camps se montent, bien au-delà du territoire du diocèse.

Cet été on pourra pédaler dans le Cantal, la Corrèze, le Tarn-et-Garonne, le Lot-et-Garonne, la Dordogne, la Haute-Garonne et aussi dans l’Ain, l’Isère, les Charentes mais encore le Haut-Rhin, la Seine et Marne ou à Paris avec une arrivée devant la basilique du Sacré-Cœur de Montmartre le 14 juillet.

Vidéos : en ce moment sur Actu


C’est un pèlerinage marial, sous la forme d’un camp itinérant à vélo pour les collégiens de 11 à 15 ans proposé par un diocèse.

C’est quoi ce pélé ?

Avec vingt-deux ans d’expérience et une association coordonnatrice dont les modérateurs sont renouvelés périodiquement, la formule est bien calée : le pélé est réparti en équipes de 12 garçons ou 12 filles, avec des étapes quotidiennes de 25 à 30 kilomètres avec des temps de réflexion et de prière. L’itinéraire varie chaque année et permet de faire le tour des sanctuaires dédiés à la Vierge Marie.

C’est aussi une randonnée sportive et pour encadrer cette aventure physique, il faut du monde en selle. C’est à dire, une armée de bénévoles avec laïcs, retraités, prêtres, religieux, actifs, étudiants, lycéens (la caravane du Lot représente cette année 300 personnes) : chacun à sa place.

Le pélé VTT, un phénomène pastoral en France

Tous apportent leur aide en amont et pendant le pèlerinage. Il faut préparer les repas, réparer les vélos, assurer la sécurité du parcours, mettre à distance régulière des professionnels de santé. Il faut monter et démonter les tentes à chaque étape, transporter les bagages, animer les veillées, accompagner et encadrer les équipes. Ce qui mobilise autant de bénévoles que de jeunes inscrits. C’est l’une des richesses de ce pèlerinage qui, en avançant, entraîne avec lui d’autres générations pour participer et aider.

D’où vient ce succès fulgurant ?

Pour le père Millet, « dans Pélé VTT, certains entendent Pélé, d’autres entendent VTT ! L’alchimie du Pélé avec une grande liberté et une grande proximité permet aux jeunes de découvrir Dieu, entraînés par le groupe. Des dizaines de familles nous écrivent : ce que vous avez fait en cinq jours, on essaie de le faire depuis quinze ans ! ». Le Pélé VTT répond au besoin des jeunes de s’identifier à un groupe pour un engagement limité dans l’année. Bonne humeur, enracinement dans le réel, entraide et solidarité, forte vie de foi.

Un autre prêtre ajoute : « Il faut stimuler simplement les jeunes et leur donner une liberté pour que dans l’enthousiasme, ils deviennent missionnaires dans les milieux des jeunes. De plus en plus, des catéchumènes se manifestent durant le parcours. C’est un phénomène qui va en grandissant ». En effet, chaque année, des adolescents raccrochent avec Dieu grâce au Pélé VTT. C’est une bouffée spirituelle où beaucoup découvrent les sacrements. Il n’est plus rare qu’en fin de Pélé, certains ados demandent à recevoir le baptême et s’ils ont reçu une formation chrétienne, le sacrement de confirmation. Cette cérémonie a eu lieu le mercredi 5 juillet, en présence de Mgr Laurent Camiade à l’église de Labastide-Murat.

Intéressés par son succès et son rayonnement, des évêques demandent chaque année « d’importer » ce pèlerinage à vélo dans leur diocèse. En 2023, une nouvelle route s’ouvre dans le diocèse de Rodez.

Aujourd’hui, le Pélé VTT est devenu un phénomène pastoral en France. L’idée simple et folle de 2001 s’est transformée en une œuvre d’Église qui nous dépasse.

11 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comentarios


bottom of page