• Roc-Amadour acutalités

Sous la bannière « Le Lot en commun » Caroline Mey-Fau et Freddy Terlizzi partent en campagne

Dans la lignée de la majorité départementale « Le Lot en commun » s'est constitué sur le canton de Gramat autour de C. Mey-Fau et Freddy Terlizzi.

De g à d : M. F. Terlizzi, Mmes M. Michaud et C. Mey-Fau, M. D. Neveu se lancent dans les élections départementales sur le canton de Gramat. (©Actu Lot)

Par Rédaction CahorsPublié le 1 Mai 21 à 16:00 Les élections départementales auront lieu les 20 et 27 juin 2021. C’est sous la bannière « Le Lot en commun » regroupant la majorité départementale et conduite par le président Serge Rigal, que se présente l’équipe constituée de Caroline Mey-Fau, Freddy Terlizzi, Martine Michaux et Didier Neveu. Rassemblés autour de la conseillère départementale sortante, et portés par les valeurs de gauche, sociales, écologiques et démocratiques, ils entendent continuer à œuvrer pour la qualité de vie des habitants du canton. Actu : Actu Lot : Chacun d'entre vous peut-il se présenter en quelques mots ? Caroline Mey-Fau : J'ai été chaleureusement accueillie dans le Lot voici 35 ans par Mme Vigouroux dont j'étais locataire avenue Louis Mazet à Gramat. Nommée professeure au collège de Vayrac, j'étais responsable de la découverte professionnelle et de l'orientation des élèves et j'ai pu créer un réseau intéressant avec les entreprises locales. Je me suis installée à Miers en 1991 et me suis rapidement investie dans la municipalité. Je suis donc solidement ancrée dans ce territoire où j'ai travaillé et élevé mes 5 enfants. Ma candidature au conseil départemental en 2015 s'est inscrite dans le prolongement du parcours associatif qui est le mien depuis de nombreuses années, dans des domaines complémentaires que sont le sport, la jeunesse et la culture. Aujourd'hui maire de Miers et vice-présidente Enfance Jeunesse de la Communauté de communes Cauvaldor, je cerne les enjeux et connais parfaitement les rouages pour développer ce territoire. Ayant la solidarité au cœur, je suis présente, aux côtés des associations caritatives en particulier (les Restos du cœur et le secours catholique), et des bénévoles en général qui encadrent les activités sportives et animent la vie de nos communes. Freddy Terlizzi : J’ai 60 ans, je suis retraité, père de 3 enfants, maire d’Alvignac depuis 2008 et actuel vice-président de la communauté de communes Cauvaldor, délégué à la culture. Je suis également depuis 2015 le remplaçant au Conseil départemental de Maxime Verdier. Le canton de Gramat, je le connais très bien puisque j’y ai toujours vécu et tout particulièrement dans le chef-lieu. À l’école tout d’abord, de la maternelle jusqu’au collège, puis, dans les clubs sportifs et les associations. J’ai surtout effectué l’ensemble de mon parcours professionnel, durant 40 ans au Centre d’Études. J’ai une envie réelle et sincère de m’impliquer encore plus pour ce territoire qui, au-delà du centre bourg, la capitale du Causse, dont la prédominance est évidente, compte aussi 16 autres communes, qui sont confrontées à des problématiques d’accès aux offres de santé, aux services publics, à la difficulté de maintenir leurs écoles rurales, à la mobilité, au vieillissement de la population et aux problèmes qui en découlent. Je souhaite un développement harmonieux et équilibré pour tous les habitants qu’ils résident en ville ou dans une de nos petites communes. Je suis très fier de faire partie de cette équipe motivée, enthousiaste et qui porte une vraie ambition pour notre canton. Martine Michaud : Je suis gramatoise depuis longtemps puisque ma famille s’y est installée en 1965, j’y étais élève de l’école primaire au collège. Entrée à l’école normale d’Aurillac en 1975, j’ai ensuite obtenu une mutation en 1980 pour intégrer le Lot, mon département d’origine. Enseignante dans plusieurs villages du territoire, je me suis arrêtée treize années dans la commune d’Alvignac avant de rejoindre la ville de Gramat en 1997. Nommée directrice à la suite d’Andrée Darnis, j’ai enseigné vingt ans à l’école maternelle Louis Mazet et j’ai terminé ma carrière dans les nouveaux locaux de l’école maternelle Clément Brouqui. Mariée avec un Gramatois, parents de deux enfants, Frédéric, architecte et Stéphanie, comptable eux aussi toujours gramatois, et grands-parents de deux petites filles. Retraitée depuis septembre 2019, j’ai rejoint l’équipe municipale de Gramat et la communauté de communes en 2020. J’œuvre également comme DDEN (Déléguée Départementale de l’Éducation Nationale) sur le regroupement pédagogique d’Alvignac, Padirac, Miers, Rignac et Rocamadour. Mon attachement à Gramat et à son canton est profond et a motivé mon implication, notamment afin d’affirmer le rôle essentiel et fondamental d’une école, et particulièrement de la maternelle en milieu rural. Didier Neveu : Je suis gramatois depuis maintenant 58 ans, marié, père de trois enfants. Impliqué dans la vie gramatoise par le biais du milieu associatif : la pratique durant vingt-cinq ans de rugby et quatre ans de hand, entraîneur à l’école de rugby, puis des cadets et des juniors, investi pendant quinze ans au comité des fêtes de Gramat, dont plusieurs années à la présidence. J’ai été élu comme conseiller municipal pendant dix-neuf ans, occupant un temps le poste d’adjoint au sport et délégué de l’intercommunalité de Gramat. Depuis maintenant trente-deux ans, je suis sapeur-pompier volontaire au centre d’incendie et de secours de Gramat ou j’occupe un rôle « d’officier encadrant ». Employé depuis trente-cinq ans au Ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation, actuellement au grade de Technicien chef, détaché à la DDETS-PP du Lot à Gramat (Direction Départementale de l’Emploi, du Travail et de la Protection des Populations). C’est donc tout naturellement que j’ai accepté de m’engager auprès de Caroline Mey-Fau et Freddy Terlizzi accompagnés de Martine Michaux pour défendre notre programme et représenter notre canton. Mme Mey-Fau, pouvez-vous dresser le bilan du mandat qui s'achève ? : J'ai la satisfaction d'avoir mené à bien les projets sur lesquels je m'étais engagée : la création d'un espace jeunes en partenariat avec les maires du canton, la sécurisation des points noirs qu'ils avaient relevés (carrefours de Gaule à Thégra, de Rignac, de la Lignée à Flaujac et routes du Cornouiller à Durbans, de Cahors avec un projet en cours d'amélioration de l'accès à l'autoroute et de déviation de l'avenue Louis Mazet pour les camions notamment), la modernisation et la rénovation du collège, le soutien aux associations (financier, mais aussi opérationnel), En tant que présidente de Lot arts vivants, agence culturelle du Département, j'ai pu favoriser l'organisation des manifestations culturelles sur notre territoire (par exemple Aventurine, les Musicales du Causse et le festival de Rocamadour, les chorales et des spectacles ou animations à la médiathèque ou des parcours artistiques au bénéfice des scolaires). D'autre part, avec l'équipe de Serge Rigal, nous avons pris la mesure de la nécessité d'améliorer l'accès au numérique ; l'évolution a été particulièrement positive pour le canton de Gramat où, par ailleurs, la fibre arrive prochainement. Sauvegarde des services publics Nous avons aussi œuvré pour préserver les services publics en installant la maison des solidarités au cœur de Gramat, place de la Halle. Les habitants disposent ainsi des informations complètes sur les questions sociales, de la petite enfance à la personne âgée aux personnes en situation de handicap. Des travailleurs sociaux, des assistantes sociales sont à leur disposition et peuvent dans certains cas pour les personnes qui ne peuvent se déplacer, rendre visite à domicile. Particulièrement dans la période de crise que nous vivons, nos agents se mobilisent pour offrir un véritable accompagnement personnel afin de préserver leur accès aux droits et les accompagner pour résoudre leurs difficultés et sortir de la précarité. Afin de lutter contre la fracture numérique, nous travaillons en complémentarité avec les maisons France services pour répondre aux difficultés de connexion. Patrimoine Je suis également attachée à notre patrimoine exceptionnel et nous avons pu soutenir la restauration de l’église de St-Chignes ou des vitraux de l’église St-Pierre pour ne citer que ces exemples. D’autre part, le site de Gabaudet représentant un symbole d’une terrible période de notre histoire, je me suis engagée aux côtés de la municipalité d’Issendolus, Patrick Dellac, puis Éric Dubarry, et du grand Figeac pour rendre un juste et digne hommage aux martyrs du massacre. Mme la sous-préfète m’a d’ailleurs confié la coprésidence du comité scientifique qui travaille actuellement sur la mise en valeur du site. Par ailleurs, j’ai pu accompagner les maires dans les projets de leurs communes (réhabilitation de bâtiments communaux, sécurisation, création de lotissements, de bibliothèques etc.) en leur mettant à disposition différents services. C’est encore avec certains d’entre eux que nous portons le projet de recyclerie, sujet qui est apparu nécessaire dans le cadre des débats que j’ai pu organiser avec les maires de Thégra et de Bio à l’occasion du mouvement des gilets jaunes : en effet, c’est un aspect fondamental de la méthode que j’entends pratiquer : être à l’écoute des citoyens, les consulter et agir selon les besoins qu’ils expriment pour notre territoire. Des sujets problématiques Je me suis impliquée dans les problématiques qui sont apparues ces dernières années, en particulier la méthanisation ; ce projet a été mal engagé, sans concertation puisque, même nous élus, n’en avons eu connaissance qu’une fois la construction débutée. Au sein du comité local de suivi que j’ai appelé de mes vœux aux côtés de la présidente du Parc naturel, Catherine Marlas, nous mesurons les conséquences pour la population en général et les riverains en particulier, même si les agriculteurs y trouvent leur compte ; ce n’est pas le procédé de la méthanisation qui est remise en cause mais la dimension du projet et la nature du sol karstique qui reçoit les épandages. L’offre médicale a aussi été un enjeu par la recherche de médecins libéraux en partenariat avec les praticiens de la maison de santé et la participation active au comité de pilotage du projet de restructuration de l’hôpital et des Ehpad ; ce projet est d’ailleurs sur les rails puisque l’État a acté l’intérêt de notre hôpital rural de proximité comme un modèle à reproduire. De plus, l’accompagnement organisé avec la chambre d’agriculture et Bio 46 a permis la mise en relation des producteurs et des structures de restauration collective de Gramat. Ainsi, l’approvisionnement en produits locaux est désormais bien installé sur notre territoire et notre projet est de travailler dans chaque commune sur les reprises et installations agricoles. Quelques mots de conclusion ? : Ainsi, nous présentons une équipe qui se caractérise par un fort ancrage local. Vous nous connaissez bien et savez que nous agirons dans l'intérêt du canton, sans calcul politique, nous ne sommes pas parachutés, mais au contraire, impliqués dans les affaires du territoire, nous sommes le trait d'union entre les communes et le Département. En tant que conseillère départementale sortante et maire, avec Freddy Terlizzi également maire, nous sommes engagés dans la communauté de communes pour la défense des intérêts de notre territoire. Nous formons une vraie équipe dont l'esprit d'ouverture a déjà permis de travailler en étroite collaboration avec toutes les sensibilités et avec comme fil d'Ariane l'intérêt public et non les querelles stériles... Nous avons d'ores et déjà créé un collectif de soutien qui s'étoffe de jour en jour. Nous appelons tous ceux qui le souhaitent à soutenir notre candidature et participer à l'élaboration de notre projet qui vise à agir pour un Lot solidaire, respectueux de l'environnement et au plus proche des citoyens. ROLAND PUECH Contact : meyterlizzi2021@gmail.com ou 06 28 30 36 54, facebook : meyfauterlizzi.

26 vues0 commentaire