• Roc-Amadour acutalités

Lot. Les masseurs-kinésithérapeutes alertent sur la dégradation de l’état de santé des personnes âgé

Les masseurs-kinésithérapeutes s'inquiètent de la dégradation de l'état de santé des personnes âgées et demandent une réintégration dans les établissements d'hébergement.

Selon l’Union Européenne, les personnes âgées pourraient rester confinées jusqu’à fin 2020. (©Illustration Adobe Stock)Les masseurs-kinésithérapeutes du Lot, dressent un constat alarmant sur l’état de santé des personnes âgées, qui ne reçoivent plus d’intervention de leur part, depuis le 14 mars. Ils proposent une reprise des soins, de façon progressive et encadrée, comme recommandé par le Ministère de la Santé. Depuis déjà plusieurs semaines, les professionnels qui prennent en charge les patients atteints de maladies chroniques et les personnes âgées, alertent sur la dégradation de l’état de santé de ces populations, victimes collatérales du confinement. La situation dans les Ehpad (Établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes) où les résidents cumulent souvent grand âge et maladies de longue durée, serait particulièrement alarmante. Interdits d’accès depuis le 14 mars Les masseurs-kinésithérapeutes participent grandement au maintien de l’autonomie des personnes âgées. Ils intervenaient à ce titre très régulièrement dans les établissements pour personnes âgées. Depuis le 14 mars, l’accès leur en a été interdit dans un souci de limiter les contacts. Estimant que cette interdiction devient très préjudiciable dans la durée, les représentants des kinés du Lot ont proposé il y a une dizaine de jours la reprise des soins, de façon progressive et encadrée, comme recommandé par le Ministère de la Santé. Dans le même temps, les visites de proches ont été ré-autorisées dans les EHPAD, aux mêmes conditions, permettant de limiter l’impact du confinement sur le moral des hébergés mais pas sur leur autonomie. Des conséquences irréversibles ? « Le temps presse mais la situation est bloquée, direction des établissements et Agence Régionale de Santé se renvoyant la balle. Dans les semaines et les mois qui viennent les handicaps, conséquences à ces défauts de prise en charge, seront irréversibles, entraînant une altération de la qualité de vie, donc une surcharge de travail pour le personnel et des décès prématurés supplémentaires. Certains établissements (comme l’EHPAD de Pradines), ont su s’organiser pour que la continuité des soins soit assurée. Alors pourquoi n’est-ce pas possible ailleurs ? Nous souhaitons donc que chacun prenne ses responsabilités pour que les conséquences de ces mesures de protection n’aggravent pas l’impact de l’épidémie » insistent MM. Laurent Labarrière, Daniel Paguessorhaye et Jean-Louis Rassat-Cazes, membres de la Fédération Française des Masseurs Kinésithérapeutes Rééducateurs du Lot.

ACTUL

OT du 2 mai 2020

6 vues0 commentaire